“Belle endormie”, Soleil, Lune et Thalie

Catégories : 1634AccouchementAllaitementBelle endormieCondition féminineConteConte de féesCorps fémininDormirGiambattista BasileItalien (langue)Le Conte des contesPassivitéPentameronePersonnage féminin passifSoleil Lune et ThalieSommeilViol

Titre : Le Conte des contes / Lo cunto de li cunti
Auteur : Giambattista Basile
Langue originale : Italien
Date : 1634
Genre : Récit

Dans la version humoristique et volontiers grivoise que donne Basile du thème de la belle endormie, celle-ci semble dormir d’un sommeil de plomb jusqu’à la fin du conte. Dans “Soleil, Lune et Thalie”, Thalie ne se réveille pas quand le prince arrive à son chevet, ni quand il la secoue. Elle ne se réveille pas plus quand il la viole, ni même quand elle met au monde deux enfants neuf mois plus tard. Elle n’a donc pas plus de raisons de se réveiller au moment où les nouveaux-nés s’accrochent à sa poitrine pour téter.

Le charme dont elle est victime ne prend fin que lorsque l’aiguille qui s’était glissée sous son ongle en est retirée : les enfants tètent par erreur son doigt. Mais Thalie reprend-elle vraiment conscience ? Sous la plume de Basile, cette belle au bois dormant qui ne s’émeut pas des assauts dont elle a été victime ne comprend pas que le prince est déjà marié. Thalie est d’ailleurs si terne et passive que le prince l’oublie, comme à peu près tout le monde. Qu’importe qu’elle réchappe de peu au bûcher à la fin de l’histoire ; ce qui compte, c’est que les enfants soient sauvés et que l’on récompense pour sa bravoure le cuisinier !

 

Pour citer cette page : "“Belle endormie”, Soleil, Lune et Thalie", in Lipotexte, URL: http://lipotexte.org/belle-endormie-soleil-lune-et-thalie/, mis en ligne le 15 septembre 2018, consulté le 20 octobre 2020.