L'ordre des entrées thématiques est généré aléatoirement.


“Train”, Romances sans paroles

La section “Paysages belges” des Romances sans paroles regroupe les poèmes évoquant le voyage effectué par Verlaine et Rimbaud durant l’été 1872. De “Walcourt” à…

“Citrouille”, Le Gland et la citrouille

Dans la quatrième fable du livre IX, la citrouille est présentée comme l’élément même qui permet de prouver la véracité de l’affirmation “Dieu fait bien…

“Deuil”, Le Corbeau

Ce poème narratif représente un jeune homme mélancolique, assoupi sur ses livres et attristé par la récente perte de sa compagne, Lénore. Un corbeau vient…

“Charogne”, Les Fleurs du mal

Le poème XXIX de la section “Spleen et idéal” décrit une charogne en putréfaction que le poète a découverte au cours d’une promenade avec la…

“Bohème”, Poésies

Pour Rimbaud, l’époque des premières fugues est aussi celle d’une vibrante inspiration lyrique : les poèmes dessinent les contours d’un poète-vagabond, “clochard céleste” (Jack Kerouac),…

“Verres”, Le Mauvais Vitrier

Dans ce poème en prose du Spleen de Paris, le locuteur voit un vitrier passer dans la rue depuis sa mansarde, portant sa “fortune ambulatoire”…

“Combat de coqs”, Les deux Coqs

Douzième fable du livre VII, “Les deux Coqs” raconte un combat de basse-cour entre deux mâles de “la gent qui porte crête”. C’est l’arrivée d’une…

“Prendre un bain”, Cahiers de Douai

Dans le recueil des Cahiers de Douai, le sonnet “Vénus Anadyomène” décrit le corps d’une femme, qu’on devine être une prostituée, au moment où celle-ci…

“Inceste”, Une page d’histoire

Dans Une page d’histoire, Barbey d’Aurevilly revient sur la passion criminelle de Julien et Marguerite de Ravalet. Passant devant le château de Tourlaville, le narrateur…

“Automne”, Alcools

Dans ce recueil, l’automne est représenté dans plusieurs poèmes comme “Les Colchiques”, “Vendémiaire”, “Automne” ou encore “Automne malade”. Dans ces poèmes, l’automne symbolise le passage…

“Charité”, Une Saison en Enfer

“Jadis, si je me souviens bien, ma vie était un festin où s’ouvraient tous les cœurs, où tous les vins coulaient. (…) Or, tout dernièrement…