“Défiguration”, L’Ensorcelée

Catégories : 1854BraisesChouanCorpsDéfiguréFeuHideuxJules Barbey d'AurevillyL'EnsorceléeLaideurMonstreParution en feuilletonsRécitRévolution françaiseRomanTortureVisage

Titre : L'Ensorcelée
Auteur : Jules Barbey d’Aurevilly
Langue originale : Français
Date : 1854
Genre : Récit

Dans sa jeunesse, La Croix-Jugan, le mystérieux abbé de L’Ensorcelée, a tenté de se suicider avec sa propre arme alors qu’il faisait partie de la Chouannerie. Bien que le coup ne l’ait pas tué, son visage a été en grande partie défiguré. Recueilli par Marie Hecquet, une paysanne, La Croix-Jugan est retrouvé par une troupe de soldats républicains qui décident de lui arracher ses bandages (et, avec eux, une partie de son visage) avant d’y mettre des braises ardentes.

C’est cette scène qui transforme véritablement La Croix-Jugan en un personnage porteur d’un feu inextinguible. Malgré l’horreur de son sort, cela ne sera d’ailleurs pas suffisant pour mettre un terme à ses jours…

Pour citer cette page : "“Défiguration”, L’Ensorcelée", in Lipotexte, URL: http://lipotexte.org/defiguration-lensorcelee/, mis en ligne le 12 mai 2018, consulté le 18 juin 2019.