“Monstre”, Frankenstein

Catégories : 1818Anglais (langue)BioéthiqueCadavreÉducationFrankensteinGothiqueHubrisHybrisMary ShelleyMonstreMonstruositéRécits enchâssésRomanRomantisme anglaisScienceScience-fiction

Titre : Frankenstein ou le Prométhée moderne / Frankenstein, or the modern Prometheus
Auteur : Mary Shelley
Langue originale : Anglais
Date : 1818
Genre : Récit

Ce roman considéré comme la première œuvre de science-fiction se compose de narrations enchâssées qui proposent plusieurs points de vue sur la création de Victor Frankenstein, homme de science traumatisé par la mort de sa mère et qui depuis lors n’a de cesse de trouver un moyen de ressusciter les êtres humains. Le roman est composé du récit qu’un voyageur fait de sa rencontre avec Frankenstein, récit qui intègre la narration que fait ce dernier de sa vie, des horreurs qu’il a accomplies pour atteindre son objectif, comme déterrer des cadavres afin de trouver la matière pour créer le corps de sa créature, la naissance de celle-ci et les conséquences désastreuses de cet événement. La parole est ensuite donnée au monstre, puisque Frankenstein raconte sa rencontre avec lui alors qu’il se cachait dans les montagnes, et ce récit suit le même cheminement que celui de son créateur: premières sensations, premiers souvenirs, éducation et formation grâce à une famille chez qui il se cachait, et qui se faisait des lectures tous les soirs. Il explique ses meurtres par la rage incontrôlable que suscite chez lui l’injustice de sa condition: il est rejeté par son créateur, trop effrayant pour réussir à être accepté par qui que ce soit, alors qu’il ressent les mêmes besoins et les mêmes désirs que les êtres humains. Frankenstein reprend ensuite le cours de son récit, et le voyageur termine en indiquant que le bateau sur lequel ils se trouvaient a été piégé dans la glace, que le scientifique a fini par mourir et que la créature est venue se recueillir sur son corps, en disant que cette mort ne lui apportait pas la paix et qu’elle mettrait fin à ses jours.

Malgré la présentation élogieuse que le voyageur fait de Victor, et malgré le fait que la majeure partie de la narration est prise en charge par le scientifique, qui passe beaucoup de temps à expliquer et excuser ses actions, le lecteur se rend très vite compte que le monstre semble plus sensible, plus intelligent, et en fait plus humain que son créateur. Mary Shelley nous amène ainsi à réfléchir sur la responsabilité des hommes de science, qui ne sont que des êtres faillibles, mais qui jouent avec des pouvoirs de démiurges sans avoir la capacité d’en assumer les conséquences.

Pour citer cette page : "“Monstre”, Frankenstein", in Lipotexte, URL: http://lipotexte.org/monstre-frankenstein/, mis en ligne le 20 juin 2018, consulté le 27 juin 2019.