“Peinture”, Délie

Catégories : 1544AmourApelle de CosApparence trompeuseCupidonDélie objet de plus haute vertuEmblèmeÉrosFrançais (langue)Maurice ScèveModèle (peinture)MusePeindrePeinturePerspective atmosphériquePinceauPoèmePoésiePortraitSentiment amoureuxTableau

Titre : Délie, objet de plus haute vertu
Auteur : Maurice Scève
Langue originale : Français
Date : 1544
Genre : Poésie

Parmi les différents arts évoqués par le poète au fil du recueil, la peinture occupe une place de choix – la seule présence de cinquante emblèmes rythmant la succession des 449 dizains en est déjà un indice.

Offrant de multiples variations sur ce thème, le poète mentionne quelques grandes figures de peintres comme Apelle (dizain CCLXXVII) tout en s’inscrivant dans son temps par des références aux techniques contemporaines de la peinture : ainsi, le dizain LXXIII décrit le principe de la perspective atmosphérique. L’évocation de la peinture permet au poète de rapprocher cet art de l’art des mots (dizain XXVI par exemple), y compris dans leurs insuffisances ; peinture et écriture ne sont pas toujours aptes à exprimer la réalité, notamment lorsqu’il s’agit de sensations physiques et de sentiments (dizain CCXCI). L’art du portrait, enfin, revient à plusieurs reprises, qu’il s’agisse de la représentation allégorique de l’Amour (dizains XXXVII et XXXVIII) ou du portrait de la femme aimée, Délie (dizains CCLXXXVIII et CCXCVII).

Ce sont là autant d’occasions pour le poète de questionner la fidélité des images ; au fil du recueil, la peinture apparaît en effet tour à tour comme ressemblante ou trompeuse, pertinente ou non. Le sujet même de la peinture devient dès lors problématique : lorsque l’on peint l’amour, que ce soit par le pinceau ou par la plume, faut-il représenter celle qui suscite ce sentiment ou les effets de l’amour sur l’amant ?

Pour citer cette page : "“Peinture”, Délie", in Lipotexte, URL: http://lipotexte.org/peinture-delie/, mis en ligne le 31 mai 2019, consulté le 25 janvier 2021.