“Vulnérabilité”, La Marche de Radetzky

Catégories : 1932Allemand (langue)CorpsEmpereurEmpereur François-Joseph IerEmpire d'Autriche-HongrieEspièglerieFaiblesseFragilitéIsolementJoseph RothLa Marche de RadetzkyMaladieMaladressePerte de mémoireRhumeRomanVieil hommeVieillesseVulnérabilité

Titre : La Marche de Radetzky / Radetzkymarsch
Auteur : Joseph Roth
Langue originale : Allemand
Date : 1932
Genre : Récit

Personnage récurrent du roman, l’empereur François-Joseph Ier d’Autriche est constamment présenté comme un homme vulnérable. Sa fragilité se traduit au début de l’œuvre sous la forme d’une maladresse excessive, qui manque de le faire tuer sur le champ de bataille de Solférino ; elle s’illustre ensuite tout au long du roman grâce au portrait de son corps vieillissant. L’empereur n’est plus qu’un vieillard isolé du monde par son grand âge et sa mémoire défaillante, un vieillard espiègle qui croit tromper son monde en cachant ses faiblesses, et dont la rhinopharyngite s’affiche pourtant ostensiblement sous la forme d’une goutte au nez qui attire tous les regards. Le roman file alors la métaphore du paysage désertique ou en friche, de la tige oubliée qui dépasse, seule, dans un champ entièrement fauché : avec le corps de François-Joseph, c’est tout un empire qui s’affaiblit.

Pour citer cette page : "“Vulnérabilité”, La Marche de Radetzky", in Lipotexte, URL: http://lipotexte.org/vulnerabilite-la-marche-de-radetzky/, mis en ligne le 9 février 2019, consulté le 17 février 2019.